Vous devez activer JavaScript dans votre navigateur pour pouvoir utiliser les services du site Bienvenue sur le site dédié à la randonnée et à la découverte de nos sentiers

Les tourbières des fagnes

Les hautes fagnes et Fange de l’abîme.
vendredi 4 février 2011
popularité
24%

Une tourbière est un milieu humide caractérisée par l’accumulation de la tourbe et est en perpétuelle mouvance.
Son évolution passe par plusieurs phases, l’eau s’accumule dans des dépressions au sol imperméable et dans ces eaux froides, très peu de végétaux poussent.
Entre les quelques végétaux installés (très souvent des Carex), les Sphaignes s’installent.
C’est le point de départ d’une colonisation qui va former un tapis végétal non enraciné sur le fond mais fixé aux rives et progressant en surface.

La matière organique issue des plantes mortes se décomposant mal dans l’eau froide, elle s’accumule.
Peu à peu, le radeau s’épaissit et évolue sur l’eau libre.
Plusieurs espèces spectaculaires, telles les Linaigrettes viennent s’y ajouter.
S’aventurer sur ces tremblants peut être dangereux car le radeau est fragile et peu se rompre sous la charge.
Les Sphaignes continuent à coloniser horizontalement et verticalement ce milieu particulier jusqu’au comblement de la cuvette où se trouve la tourbière.
Sous ce tapis végétal vivant, une matière brunâtre ou jaunâtre, imbibée d’eau est en train de se constituer c’est la tourbe.
Vu l’épaisseur de tourbe, certaine zone perdent contacte avec l’eau.
C’est ce qui explique pourquoi on trouve côte à côte des plantes hydrophytes (qui aiment l’eau) et xérophytes (qui aiment la sécheresse).
Toute cette masse de tourbe se tasse, la tourbière s’assèche doucement.
A la surface du sol, plus sèche, la tourbe se décompose et se minéralise, attirant des plantes nouvelles : lichens, Molinies, ...
par la suite, les arbres font leur apparitions et marquent le début du boisement et la progressive disparition de la zone tourbeuse.
PNG - 196 ko
Linaigrette (Wikipédia) Photographie prise par François Trazzi
La Linaigrette est assez rare en Wallonie.
Elle marque les zones les plus humide de la tourbière, témoin des reliques des dernieres fosses d’extraction de la tourbe.
Jadis, sa tige cotonneuse était utilisée comme mèche dans les lampes à huile.

Floraison : avril, mai, juin

calluna
La Callune est une plante mellifère, c’est-à-dire utilisée par les abeilles pour l’élaboration du miel.
Elle participe à la formation d’un paysage appelé lande.
Son nom vient du grec callunein signifiant balayer, allusion à l’usage ancien de la plante dans la fabrication des balais.
Le bois de souche sert aussi à réaliser des pipes dites de bruyère.

Floraison : juin, juillet, aout,septembre

_

Molinia Bleu auteur Elke Freese
La Molinie bleue est une graminée envahissante marquant le début de la phase d’assèchement de la tourbière,
pour maintenir la tourbière, on doit lutter contre sa progression en procédant à son extraction.
C’est une plante pyrophyte, c’est-à-dire que sa racine résiste aux incendies, fréquents en milieu tourbeux à la sortie de l’hiver.

Floraison : juillet, aout

_

JPEG - 43.8 ko
Le Jonc des bois remplace la Molinie au niveau des zones les plus humides de la fange.
Il occupe également les endroits d’écoulement d’eau.
Quelque individus de Joncs communs ( Juncus effusus) se mélangent aux Joncs des bois pour former des jonchaies.

Floraison : juillet, aout,septembre

_
Sphagnum (Wikimedia) auteur Denis Barthel
Les Sphaignes sont les mousses des tourbières.
Vivantes, elles stockent l’eau et acidifient le milieu en l’appauvrissant.
Mortes, elles continuent de stocker l’eau et les éléments nutritifs du millieu et l’abondance d’eau réduisent la vitesse de décomposition de la matière végétale.
Lorsque le taux de croissance des Sphaignes est plus grand que leur taux de décomposition, la tourbe s’accumule ... la tourbière est ainsi créée.





Visites

62 aujourd'hui
83 hier
249349 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés